Easy-Watts, les scooters électriques : à l'écoute de ses clients, au service de ses partenaires.

Basée à Minihy-Tréguier dans les Côtes-d'Armor, easy-Watts développe depuis quelques années une gamme de plus en plus conséquente de scooters électriques. Découvrons-la en compagnie de Laurent Ropars, président de la société et Yvonnick Le Guilcher, son directeur général.
D'où vient easy-Watts ?

Easy-Watts a démarré son activité en 2018 en Bretagne, dans les Côtes-d'Armor. Je suis un amateur de deux-roues et j'avais la volonté de m'orienter vers des véhicules plus vertueux depuis un moment. C'est lors d'un de mes voyages à Cuba que j'ai vu que le scooter électrique était présent en masse. Pas un bruit et moins de pollution, voilà qui répondait à mes attentes. En voyant que le secteur était tout juste naissant en France, j'ai décidé avec Yvonnick de lancer la société et de développer une gamme de scooters et de motos électriques. Aujourd'hui, notre équipe est composée de 15 personnes.

Aujourd'hui, de nombreuses personnes cherchent des moyens alternatifs pour remplacer la voiture ou les transports en commuin. Avez-vous ressenti cette tendance ?

Oui, énormément ! Ces derniers temps, avec les grèves puis la crise du covid-19, les gens ont vraiment l'envie de se tourner vers d'autres moyens de locomotion. Et depuis quelques temps, il y a une véritable prise de conscience écologique et économique. En effet, avec un deux-roues électrique, même s'il est plus cher à l'achat, il est très vite amorti par ses coûts réduits à l'usage. Moins d'entretien et une consommation d'électricité moins onéreuse que l'essence sont quelques-uns des atouts qu'ils énoncent. Et la présence de flottes de scooters en libre-service dans les grandes villes a également participé à enlever un certain frein. Cela a permis aux gens d'essayer la praticité du scooter électrique et de se rendre compte que son utilisation n'était finalement pas contraignante. Après ces essais, beaucoup d'utilisateurs se sont tournés vers l'achat de leur propre scooter. La présence de primes a largement poussé les utilisateurs à s'équiper. Surtout dans les grandes villes come Paris, où les aides vont au-delà des 900 euros prévus par l'État. Quant aux professionnels, ils disposent d'une prime à l'achat de 1500 euros.

Quel accompagnement proposez-vous à vos revendeurs ?

Concernant le SAV, ce n'est pas pour mettre en avant, mais je pense que nous avons le meilleur accompagnement du marché sur le plan technique. premièrement, nous avons un bureau en Chine composé de 5 personnes qui sont en permanence sur les lignes de production. Je souhaite en effet que chaque véhicule soit regardé de près et testé à chaque étapes de l'assemblage. D'ailleurs, chaque véhicule effectue un essai routier sur plusieurs kilomètres et les têtes de série sont évaluées avec un ou deux batteries. On est aussi capables d'évaluer les capacités des batteries et de recaler celles qui sont défaillantes. Pour superviser notre équipe R&D, nous avons la chance de pouvoir compter sur Serge Leroy, qui a plus de vingt ans d'expérience dans le développement de véhicules électriques. Il a fait ses armes dans le développement des deux-roues et de voitures électriques afin d'équiper des flottes. il nous a ainsi permis de franchir très rapidement des paliers et de partir sur de bonnes bases. Il a pu former tous nos techniciens ici en france, mais aussi ceux présents en Chine. Ainsi, sur les chaînes, notre expertise est permanente et permet d'améliorer la production sans cesse. Notre contrôle qualité est tel que l'on passe pour des râleurs et parfois, nos relations avec les usines sont tendues. Mais tout ce que l'on fait, c'est pour améliorer nos produits et optimiser la production. Finalement, tout le monde y gagne. C'est là notre point fort : un contrôle permanent et un accompagnement au quotidien. Deuxièmement, nous apportons toujours une solution à notre client final et à nos revendeurs. Dans 99% des cas, nous avons la solution. pour cela, nous avons plusieurs lignes téléphoniques dédiées au SAV. tous les techniciens sont disponibles du lundi au vendredi, que cela soit pour répondre à une problématique simple ou pour déclencher une intervention plus complexe. 

 En parallèle, nos techniciens ont accès au stock de pièces détachées ici en bretagne, ce qui permet d'envoyer les pièces dans la journée à nos clients. Ce stock représente près de 500m² d'étagères, avec des éléments de carrosserie, des batteries, des contrôleurs, et tout ce qui est lié à la partie cycle. De plus, nous assurons la disponibilité des pièces pendant toute la vie de nos produits. En plus du téléphone, nos clients professionnels ont également accès à un espace personnalisé sur notre site. Cela leur permet de commander en quelques clics les pièces dont ils ont besoin. pour aider nos partenaires, notre équipe de techniciens est à même de les former pour intervenir sur la réparation et la maintenance de nos produits. Cette formation peut d'effectuer dans nos locaux ou directement chez eux, à leur convenance. Enfin, nous disposons d'un véhicule d'intervention rapide qui peut se déplacer chez les particuliers, mais également chez les professionnels lorsqu'une difficulté se présente. Nous proposons ainsi un véritable accompagnement à nos partenaires, et pas uniquement sur la vente. C'est grâce à ce la que nous pouvons constituer un réseau fiable vers lequel le client final peut se tourner, et ainsi pérenniser notre marque.

« Nous avons un bureau en Chine composé de 5 personnes qui sont en permanence sur les lignes
de production
 »

scooter-electrique-e-opai-easy-watts-france

« Le stock de pièces détachées permet d'envoyer les pièces dans la journée à nos clients. Ce stock représente près de 500m² d'étagères. »

Concernant la vente, proposez-vous un partenariat
à vos revendeurs ?


Oui, bien sûr. Nous avons mis en place trois niveaux de partenariat. le premier, baptisé Silver, permet à un revendeur de disposer d'un catalogue sur lequel il peut s'appuyer pour vendre nos produits. Cela permet au revendeur qui n'a pas la trésorerie nécessaire de proposer notre gamme, tout en percevant une commission. Nous avons même des revendeurs qui ne connaissaient pas l'électrique et qui voulaient voir comment le marché allait se comporter. C'est une offre simple, pratique et sans risque. De plus, ce partenariat peut aussi se transformer en point de livraison ou d'entretien. Ainsi, la concession pourra profiter de la venue du client pour vendre tout l'équipement nécessaire (gants, casques, etc.) et augmenter son chiffre d'affaires. La seconde offre va un eu plus loin, puisque le revendeur peut acheter quelques véhicules dans la gamme afin de les présenter dans sa boutique et disposer du catalogue afin de les présenter dans sa boutique et de disposer du catalogue afin de répondre à tous les besoins. la rémunération est un peu plus importante. Enfin, la dernière offre est plus franche, avec l'achat de véhicules, la mise à disposition d'autres en dépôt (sans bloquer la trésorerie) et un accompagnement total dans la mise en place de notre gamme. Nous leur fournissons également tous les outils marketing, dont la PLV.

Et demain, comment va évoluer votre gamme ?

D'ici à la fin de l'année, nous allons commercialiser un nouveau scooter : l'E-Trax. Celui-ci répond à une demande que nous avons clairement identifiée auprès de nos clients. En effet, notre gamme équivalent 50 cm³ est parfaite pour de l'urbain et notre E-Jet (un maxi-scooter pouvant atteindre les 120 km/h et offre une autonomie de 200 km, NDLR) permet aux gros rouleurs de se faire plaisir, mais il manquait un entre-deux, un modèle plus accessible que l'E-Jet mais qui ne sacrifie pas pour autant l'autonomie ou les performances. L'E-Trax répond parfaitement à cette demande, avec une autonomie pouvant aller jusqu'à 130 km, une vitesse de pointe de 110 km/h et un prix plus doux. De même, notre modèle E-Retro Max permet de sortir de la ville grâce à un moteur de 4000 Watts et sa vitesse de 70 km/h. Nous annoncerons d'autres modèles pour la fin de l'année, toujours en phase avec notre philosophie : celle de répondre aux attentes de nos clients !

Interview publiée dans E-Rolling n°9 2020.